Kopi Luwak : the world’s most expensive coffee

Pour une seule et unique tasse, ce trésor noir peut coûter entre 20 à 50 dollars. Le café le plus cher du monde, le “Kopi Luwak”, récolté dans les nombreuses îles d’Indonésie, de Philippines et d’autres pays, ravie ainsi ces producteurs.




En indonésien, Kopi signifie « café » et « luwak » désigne un petit mammifère carnivore appelé en français « civette » raffolant des cerises de caféier. Si ce café vaut si cher, c’est en raison de son processus de fabrication. L’histoire débute au XVIIIe siècle, lorsque les plantations de café sont mises en place en Indonésie, colonisations des Indes orientales néerlandaises. A cette époque, on cherche à chasser le luwak, prédateur pour les cerises de caféier dont cet animal raffole. Mais qui aurait cru que ce petit mammifère créerait à lui-même le café ? En effet, c’est en se nourrissant des meilleures cerises de caféier qu’il sélectionne et grâce aux qualités de son appareil digestif quasi inexistant que la civette digère la pulpe des fruits mais laisse les grains de café intacts.

Les producteurs eurent ainsi l’idée de torréfier, comme les cafés aux grains, les excréments rejetés du luwak. Les grains sont évidemment lavés puis séchés avant de partir en torréfaction. Le résultat donne un « Kopi Luwak » d’une qualité rare, bien plus exceptionnelle que le café ordinaire. Le kopi luwak a un goût et un parfum caramélisé ou chocolaté, avec une absence d’amertume. Reconnu par les amateurs de café, il devient rapidement le plus rare et cher du monde. Les producteurs Indonésiens souvent petits, peinent à répondre à la demande : seulement 100 kilos de ce produit d’exception sont disponibles pour le marché mondiale qui négocie jusqu'à plusieurs centaines de dollars le kilo en Europe, aux États-Unis ou dans les pays d'Asie les plus développés. Le "Kopi Luwak Diamond" ne cesse de gagner de nouveaux amateurs, qui en consomment dans les plus chics cafés.

À la base, cette pratique de récolte de café grains ne met en aucun cas en danger la santé du mammifère. La civette rôde librement la nuit autour des plantations de café et mange les fruits du caféier. Mais désormais, avec l’engouement du kopi luwak, la récolte est devenue sauvage : l’élevage de civettes à fin de production font réagir des associations de défense des animaux.

En effet, derrière ce café se cache une récolte abusive des civettes : en cage et suralimentées, celles-ci deviennent claustrophobes et s’automutilent d’après une étude révélée en mai 2016 de l’Institut Animal Welfare. Les méthodes de production du café sont décrites comme « une industrie esclavagiste ». Si ces récoltes de grains de café valent une fortune à travers le monde, ce sont les civettes en question qui subissent des sorts de maltraitance. C’est un commerce très lucratif en l’Indonésie : pays où le salaire moyen est de 1 dollar par jour. Pour autant, il ne concerne pas seulement l’Indonésie mais aussi d’autres pays d’Asie. Il devient difficile de distinguer les grains issus de la maltraitance animale de ceux issues de civettes sauvages.

La production rare et originale de ce café, passionne autant qu’il déplait à travers le monde. Et vous qu’en pensez-vous ? Le café le plus cher du monde justifie t-il la maltraitance de ce mammifère ?



Leave a comment

Please note, comments must be approved before they are published